Home / Node / Année de Prière - mai 21

Année de Prière - mai 21

  • Année de Prière - mai 21

Silence

La vie de Philippine se caractérise par de nombreuses qualités. Ce qui me frappe en particulier, c’est son silence ; il a attiré de nombreuses personnes à son époque et continue de s’emparer de nos cœurs aujourd’hui. Cet héritage du silence, qui était au cœur de la vie de Philippine, lui permettant ainsi de rester intérieurement concentrée sur les voies du Seigneur et d’agir de façon radicale. Sa vie intérieure lui a permis de prendre le risque d’aller vers de nouvelles frontières, afin de répondre aux appels de son temps. Elle a vécu de la même manière que Marie, mère de Jésus. Le silence de Philippine est une leçon que nous voulons comprendre alors que nous naviguons sur la route de nos propres vies. Nous voulons être silencieuses intérieurement et présentes pour les autres en utilisant peu de mots. Grâce à la manière extraordinaire avec laquelle elle a vécu quotidiennement en profonde contemplation, elle a pu grandir en union avec Jésus.

Je prie pour que Philippine intercède pour nous, afin que nous puissions aussi grandir dans notre vie intérieure pour la mission, partout où Dieu nous enverra. Même si le langage ordinaire de communication échoue, chère Philippine, que ton exemple et les grâces de Dieu nous permettent de croire en la qualité du silence. Que nous marchions sans relâche vers de nouveaux horizons et découvrir un langage sans paroles qui s’empare de nos cœurs pour les choses de Dieu. Prie pour que nous restions ancrées dans notre source de vie, le Seigneur, qui t’a préparée pour la mission dans le Nouveau Monde. Le Seigneur avait tous les instruments nécessaires implantés dans l’entrepôt de ton cœur. Puisses-tu obtenir pour nous les mêmes grâces, afin de nous aider à attendre patiemment, en silence et en toute confiance, alors que Dieu prépare nos cœurs pour les nouvelles frontières, qui sont aujourd’hui nos nouveaux appels du vingt et unième siècle.

Ursula N. Bugembe, RSCJ, Province de Tchad
Image : Emil Frei