Home / Node / Année de Prière - septembre 10

Année de Prière - septembre 10

  • Année de Prière - septembre 10

Avec les ongles sales

Les tentatives de Philippine de rouvrir Sainte-Marie d’en-Haut ont certainement demandé des compétences qui ne font normalement pas partie du répertoire d’une jeune nantie. A-t-elle observé les gens du métier ou simplement résolu les problèmes en assumant certaines tâches pratiques ? Lorsque Sophie lui a demandé de préparer la maison de la Rue des Postes, nous avons su qu’elle avait non seulement passé du temps à récurer et nettoyer, mais elle avait aussi remplacé les carreaux des fenêtres et appliqué le mortier lorsque les ouvriers étaient trop lents.

Après quelques années sur le territoire américain, nous savons que Philippine restaurait des meubles et qu’elle était capable de jardiner, traire et nettoyer l’étable. Lorsque les enfants « difficiles » étaient envoyés dans le jardin pour passer du temps avec elle, qui rencontraient-ils ? Philippine était une de ces religieuses âgées, aux vêtements raccommodés et aux ongles sales. Elle ne se contentait pas de cueillir pieusement quelques marguerites, elle travaillait dur et cultivait des légumes pour la table.

Au tout début, de telles tâches pratiques étaient nécessaires pour survivre et aucune d'entre elles n'était indigne de Philippine. Elle se montrait à la hauteur et acceptait les défis avec générosité, bonne humeur, intelligence et un soupçon de détermination Duchesne. Elle a certainement commis des erreurs et essuyé des échecs, mais Philippine n’a jamais eu peur de tenter. Sa patience a également dû être mise à rude épreuve lorsqu’elle aidait les personnes peu compétentes, qui manquaient d’esprit pratique ou qui n’étaient pas prêtes à se salir les mains.

Sommes-nous prêtes à nous salir les mains et travailler dur aux côtés de Philippine ?

Donna Collins, RSCJ, Province des Etats Unis – Canada
Image : Donna Collins, RSCJ